couche


couche

couche [ kuʃ ] n. f.
• 1575; culche 1170; de coucher
I
1Vx ou poét. Lit. Partager la couche de qqn. La couche nuptiale. « Je me confonds à la douce chaleur de ma couche » (Valéry).
2(1505) Garniture de tissu ou garniture jetable dont on enveloppe les fesses des bébés tant qu'ils ne sont pas propres. lange, pointe. Emmailloter un bébé dans ses couches. Salir ses couches. Couche absorbante, à fronces. change. Des couches-culottes.
3(1552) Au plur. COUCHES : alitement de la femme qui accouche, enfantement. ⇒ accoucher. Être en couches. Couches laborieuses, pénibles. Relever de couches : se rétablir après l'accouchement. ⇒ relevailles. Retour de couches : première menstruation après l'accouchement.
Fausse couche (voir ce mot).
II
1Substance plus ou moins épaisse étalée sur une surface. croûte, enduit, pellicule. Une épaisse couche de neige. Couche de peinture, de vernis. Passer la troisième couche (de peinture). Couche d'apprêt ( sous-couche) , de finition. Couche d'argent, d'or, de platine. argenture, dorure, platinage. « C'est à peine si l'on voyait sa figure sous une voilette et une couche de poudre » (Chardonne).
Loc. fam. Avoir, en tenir une couche : être stupide.
2(1529) Hortic. Carré de fumier mêlé à de la terre pour favoriser la croissance de certaines plantes. planche, semis. Châssis de couche. Champignons de couche, cultivés (par opposition aux champignons des bois, des prés).
3Disposition d'éléments en zones superposées. lit; multicouche. Géol. Couche géologique ou stratigraphique : ensemble de sédiments compris entre deux plans à peu près parallèles. ⇒ strate. Couche de faible épaisseur. assise, horizon, lit, niveau. Couche de passage, entre deux couches de faciès différents. Couche de calcaire, d'argile.
Les couches concentriques de l'atmosphère.
4Fig. Ensemble de personnes ayant des caractères communs. catégorie, classe. Les couches sociales.
5Phys. Niveau caractérisant l'état d'un certain nombre d'électrons liés à un noyau.
6Inform. Couche de logiciel : niveau de programmation d'un système informatique.
III
1(1680 couche de fusil) PLAQUE DE COUCHE d'un fusil : semelle de la crosse.
2 ♦ ARBRE DE COUCHE : pièce de transmission dans un moteur.

couche nom féminin (de coucher) Littéraire. Lit : Elle partageait la couche royale. Ensemble d'individus présentant, en raison notamment de la similitude des conditions d'existence, une certaine homogénéité ; catégorie (souvent pluriel) : Les couches laborieuses. Disposition d'éléments superposés ; strate : Couches de l'atmosphère. Étendue uniforme d'une substance appliquée ou déposée sur une surface ; épaisseur : Étaler une couche de crème sur un gâteau. Passer deux couches de peinture sur le mur. Carré de tissu de coton ou rectangle d'ouate placé entre les jambes d'un nourrisson, qui sert à absorber l'urine. Biologie Synonyme de assise. Charpente Pièce de bois posée horizontalement à terre, et sur laquelle viennent s'appuyer des étais. Géologie Plus petite unité dans la hiérarchie lithostratigraphique. (On applique le plus souvent le terme à des lits homogènes, épais de quelques centimètres à quelques mètres.) Horticulture Amas de matières organiques d'origine animale ou végétale qu'on humecte d'eau pour y provoquer le départ d'une fermentation productrice de chaleur et qu'on utilise pour assurer aux semis, aux jeunes plantes une température plus élevée que la température ambiante. Mines Partie minéralisée d'un massif sédimentaire délimitée par deux strates stériles : le toit (au-dessus) et le mur (au-dessous). Travaux publics Épaisseur uniforme de matériaux constituant un des éléments de la construction d'une chaussée. ● couche (expressions) nom féminin (de coucher) Familier. En tenir une couche, être borné, stupide. Plaque de couche, ferrure qui garnit et protège la base de la crosse d'un fusil. Couche épaisse, dépôt métallique par sérigraphie sur un substrat isolant (alumine ou céramique) pour constituer les composants passifs d'un circuit intégré. Couche mince, dépôt métallique de très faible épaisseur sur un substrat isolant (verre où céramique) pour constituer les composants passifs d'un circuit intégré. Couches 1, 2, 3, 4, couches successives qui constituent la lithosphère océanique. (La couche 1 [d'épaisseur variable] est constituée de sédiments ; la couche 2 [d'épaisseur 0,9 à 2,5 km], de basaltes ; la couche 3 [d'épaisseur 3 à 6 km], de gabbros et de serpentinites ; la couche 4 correspond au manteau supérieur.) Couches optiques, synonyme de thalamus. Couches minces, pellicules de substances diverses (métaux ou substances transparentes) que l'on dépose, généralement par évaporation sous vide, à la surface du verre. (Les couches minces antireflet sont utilisées pour la protection des objectifs photographiques et des capteurs solaires.) Couche limite, mince zone d'écoulement ralenti au voisinage immédiat de la surface d'un corps en mouvement relatif par rapport à un fluide. ● couche (synonymes) nom féminin (de coucher) Travaux publics. Épaisseur uniforme de matériaux constituant un des éléments de la...
Synonymes :
Neurologie. Couches optiques
Synonymes :
Synonymes :
- Biologie. assise ● couche nom féminin (moyen français coucher, accoucher) Fausse couche, avortement spontané. ● couche (expressions) nom féminin (moyen français coucher, accoucher) Fausse couche, avortement spontané.

couche
n. f.
rI./r
d1./d Litt. Lit. La couche nuptiale.
d2./d (Plur.) Période d'alitement qui suit l'accouchement. être en couches. Mourir en couches.
|| Accouchement. Couches difficiles.
|| Sing. Fausse couche.
d3./d Linge absorbant ou garniture à jeter dont on enveloppe un bébé de la taille aux cuisses de façon à former une protection.
|| (Québec) être aux couches: ne pas encore contrôler ses sphincters, n'être pas encore propre (en parlant d'un enfant).
Fig., plaisant Avoir encore la couche aux fesses: manquer d'expérience.
rII./r
d1./d Substance étalée sur une surface. Passer une couche de peinture.
|| TECH Enduit appliqué sur le papier pour en améliorer la qualité.
d2./d HORTIC Terre à laquelle on incorpore du fumier dont la fermentation provoque une élévation de température favorable à la germination et à la croissance des jeunes plantes. Champignons de couche.
d3./d PHYS Couche mince: dépôt d'une épaisseur de l'ordre d'un micron.
d4./d PHYS NUCL Couche électronique d'un atome: chacune des zones successives, à partir du noyau de l'atome, occupée par des électrons.
rIII/r
d1./d épaisseur de substance, de matière (considérée avec d'autres). Les couches de l'atmosphère.
|| GEOL Lit rocheux dont la composition est relativement homogène, l'épaisseur plus ou moins importante, la surface étendue, et qui s'est sédimenté dans des conditions géologiques constantes. Couche calcaire. Syn. strate.
d2./d Fig. Classe sociale, catégorie de personnes. Les couches défavorisées.
rIV./r TECH
d1./d Plaque de couche: armature métallique de la tranche d'une arme à feu.
d2./d Arbre de couche: arbre moteur.

⇒COUCHE, subst. fém.
I.— Lit, endroit préparé pour y dormir.
A.— Littér. Couche conjugale, nuptiale. Partager sa couche avec qqn (Ac.). Lit large, antique et solennel comme une couche mortuaire (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Duchoux, 1887, p. 698). Une époque où l'on a pour couche des lits divans démontables (ARNOUX, Paris, 1939, p. 169) :
1. Grand ou petit, couche ou couchette, le lit est garni, quand il est bon, d'une paillasse, dont l'enveloppe peut être bourrée de foin aussi bien que de paille, puis, au-dessus, d'un matelas de laine et de coton, enfin d'une couette de plumes.
FARAL, La Vie quotidienne au temps de St Louis, 1942, p. 159.
B.— En partic. et p. méton., le plus souvent au plur.
1. Temps d'alitement de la femme pendant et après l'accouchement. Être en couches. Après les couches de Mme la comtesse de Montholon, un jeune ecclésiastique anglais (...) vint baptiser son enfant (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 471).
2. L'accouchement lui-même. Couches laborieuses; faire ses couches, relever de couches; suites de couches. En lui donnant le jour avant terme, sa mère était morte en couches (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 105). Ma cousine Élisa (...) souffrait depuis quelque temps des suites d'une couche difficile (VERLAINE, Œuvres compl., t. 5, Confess., 1895, p. 103). Des gémissements de femme en couches (MARTIN DU G., Thib., Consult., 1928, p. 1086).
P. métaph. La « Revue » vous dira de quel gros travail j'étais en couche. Je relève (SAINTE-BEUVE, Corresp., t. 5, 1818-69, p. 625) :
2. Il faut savoir ce que lui coûtait [à Flaubert] une bonne page, lui qui s'était stérilisé volontairement, dans son désir toujours inassouvi de la perfection. C'était un arrachement continu, des couches douloureuses à hurler, des doutes sans cesse renaissants...
ZOLA, Les Romanciers naturalistes, Flaubert, 1881, p. 166.
Au sing. Fausse couche. Avortement involontaire. Elle fit un jour une fausse couche en tombant dans l'appartement ivre morte (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1120).
[Employé comme injure] Synon. trivial de avorton. Et d'où veux-tu donc qu'il chante, fausse couche? Du cul? (ARNOUX, Zulma, 1960, p. 29).
C.— Expr. et loc. fig.
1. [La couche symbolisant le mariage] Dieu a béni leur couche. Ils ont eu beaucoup d'enfants. Les fruits de la couche de qqn. Ses enfants. Souiller, déshonorer la couche de qqn, la couche nuptiale. Commettre l'adultère.
2. [La couche symbolisant l'union charnelle] Iron. Honorer la couche d'une personne. Coucher avec cette personne, avoir des rapports sexuels avec elle. Il [Aristide Briand] devait (...) honorer la couche de princesses étrangères (L. DAUDET, Bréviaire journ., 1936, p. 147).
D.— P. méton. Linge ou bande absorbante à l'usage des jeunes enfants qui n'ont pas encore le contrôle de leurs fonctions naturelles, servant notamment à préserver la literie. Changer la couche d'un enfant; on a donné à la nourrice une douzaine de couches (Ac.). Comme monsieur Gervais finissait de téter, Marianne s'aperçut qu'il s'était oublié dans sa couche (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 234).
II.— [P. réf. à la forme et à la disposition horizontale d'un lit ou d'un drap de lit]
A.— Étendue plus ou moins uniforme d'une substance dont l'épaisseur est faible relativement à l'étendue superficielle. La couche cornée de l'épiderme; la couche sensible d'un film photographique. Il faut mettre une couche de fraises puis une couche de groseilles, puis une couche de sucre (Ac.). Il y avait sur le poêle de fonte, une couche de rouille (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 101) :
3. ... ces bois sentaient si bon qu'on avait envie de s'étendre sur la couche épaisse des feuilles mortes et de rester là jusqu'au soir, à respirer ce parfum âcre et doux qui montait du sol.
GREEN, Moïra, 1950, p. 150.
SYNT. Couche de ciment, de plâtre; couche de glace, de neige; couche de poussière, de saleté; une couche de beurre, de miel sur une tartine; une couche de crème, de fard sur le visage.
1. Spéc. Enduit. Couche de badigeon, de peinture, de vernis; couche d'apprêt, de finition, d'impression. Deux petites ombrelles de zinc enduites d'une épaisse couche de vermillon vif (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 501).
2. Loc. fig., fam. et iron. En avoir, en tenir une couche (de bêtise). Être sot, borné. Vous en avez une couche! Vous comprenez bien que si je n'étais pas sûre de mon fait, je ne m'avancerais pas à vous raconter un pareil boniment (LÉVY, Gosses Paris, 1898, p. 52). Faut-i' qu't'en tiennes une couche! Ton père, il était peintre! (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 232).
3. Emplois sc. et techn.
a) BOT. Couches corticales. Lamelles fibreuses superposées les unes aux autres et formant l'écorce. Couches ligneuses. Épaisseurs de matière ligneuses disposées concentriquement du centre à la périphérie, superposées les unes aux autres et formant l'aubier.
b) BOULANGERIE, vx. Tissu ou treillis sur lequel on étend la pâte à pain façonnée, pour la faire lever avant de l'enfourner. Ceux-ci [ces paniers] étaient des « couches à pain », dans lesquelles on mettait la pâte en forme pour qu'elle levât (LA VARENDE, Contes fervents, Heur. humbles, 1942, p. 58).
c) GÉOL. Étendue de dépôts sédimentaires de faible épaisseur, de composition homogène, limitée en haut et en bas par deux surfaces approximativement parallèles. Couches géologiques; couche sédimentaire; couche secondaire, tertiaire; l'inclination des couches. La direction et l'étendue des couches sont très variables (Ac.). Les couches géologiques se relèvent sensiblement au nord-est de Paris (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 102).
Spéc., MINES. Gisement (de charbon, de minerai, de sel, etc.) de nature compacte et régulière, compris entre deux plans parallèles (d'apr. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploit. mines, 1905, p. 4) :
4. ... la grande profondeur de Jean-Bart augmentait chez lui le prix de l'extraction, condition défavorable à peine compensée par la forte épaisseur des couches de houille.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1392.
P. anal. Couches d'air, de l'atmosphère; couches de l'océan. Le rayonnement cosmique des hautes couches de l'atmosphère (GOLDSCHMIDT, Avent. atomique, 1962, p. 237).
P. métaph. Les couches profondes du moi (cf. BERGSON, Essai sur les données immédiates de la conscience, 1889, p. 109). Les couches profondes de la subconscience (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 119) :
5. ... le renouveau agronomique qui se dessine en France septentrionale au cours du XVIIIe siècle plonge justement ses racines à travers les théories des physiocrates jusqu'aux couches puritaines de la bourgeoisie terrienne anglaise.
L. LEVADOUX, La Vigne et sa cult., 1961, p. 8.
Au fig., usuel, SOCIOL. [Dans une société plus ou moins nettement hiérarchisée] Ensemble de personnes ayant en commun des caractères tels que l'âge, le sexe, la religion, les activités professionnelles ou économiques (d'apr. WILLEMS 1970). Couche d'âge, couche sociale, couches laborieuses. Le public de Zola est un public petit-bourgeois, classes moyennes, « nouvelles couches » comme on disait (THIBAUDET, Hist. litt. fr., 1936, p. 425) :
6. ... la classe prolétarienne ne s'est pas accrue indéfiniment. Les conditions mêmes de la production industrielle (...) ont augmenté de façon considérable la classe moyenne et créé même une nouvelle couche sociale, celle des techniciens.
CAMUS, L'Homme révolté, 1951, p. 265.
d) HORTIC. Étendue de matière susceptible de dégager une chaleur artificielle par fermentation pendant un temps assez long afin de hâter le développement des plantes. Couche de fumier, de terreau; couche chaude, sourde, tempérée. Garantir les couches avec des paillassons et des brise-vent (Ac.). Je suis allé mettre les châssis sur les couches (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 213).
Rem. On rencontre ds la docum. le composé couche-mère, subst. fém. Couche sur laquelle on fait lever les plants jusqu'à ce qu'ils aient acquis une force suffisante pour être repiqués ailleurs (cf. CARRIÈRE, Encyclop. horticole, 1862, p. 129).
Champignon de couche. Agaric comestible cultivé sur une étendue de terreau. L'homme cultive le champignon de couche dans les carrières des environs de Paris (J. ROSTAND, Vie et problèmes, 1939, p. 96).
B.— Disposition couchée, horizontale de quelque chose. Quatre-vingt-seize solives de couche et cinquante-deux solives debout (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 494).
ARM. Disposition plus ou moins plane de la crosse qui permet de tenir fermement le fusil et de l'immobiliser lorsque l'on vise. Je voulais m'offrir une arme à ma couche, chez Gastrine-Rennette. Mais ma femme trouve la dépense excessive (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 66).
Plaque de couche. Semelle de la crosse du fusil :
7. ... un camion chargé de fusils arrivait. — On dirait des semelles! dit Ramos. En effet, on ne voyait des fusils que la plaque de couche.
MALRAUX, L'Espoir, 1937, p. 442.
P. méton. Pièce disposée horizontalement.
ARCHIT. Pièce de bois posée horizontalement à terre, sur laquelle s'appuient des étais (cf. ROBINOT, Vérif., métré et prat. trav. bât., 2, 1928, p. 91).
MÉCAN. Arbre de couche. Longue pièce cylindrique rectiligne, qui transmet un mouvement de rotation à diverses pièces d'une machine à vapeur, d'une turbine, etc. P. métaph. La Comédie Humaine peut concerner le siècle, précisément parce que la génération de Balzac a été l'arbre de couche de ce siècle (THIBAUDET, Hist. litt. fr., 1936, p. 234).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1170 culche « lit » (Rois, éd. E. R. Curtius, XXVIII, 24), ,,n'est plus guère employé que dans le burlesque`` (RICH.) ou ,,la Poësie`` (Ac. 1694); 2. 1505 coucqne [lire coucque] « linge dont on enveloppe les jeunes enfants » (Dépenses pour les enfants trouvés, Arch. mun. Lille ds GDF. Compl.); 1575 couche (PARÉ, Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, 16, 37); 3. 1552 estre en couche « être dans le travail de l'enfantement (ou dans la période qui suit) » (Gouberville ds POPE, p. 255); 1671 fausse couche (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettre 20, éd. Perrin, 1734, t. 1, p. 65). B. 1. 1268 « assemblage, lit de plusieurs objets réunis, couchés ensemble (draps, cuirs) » (E. BOILEAU, Livre des mestiers, éd. R. de Lespinasse et F. Bonnardot, 2e part., II, 12); 2. 1529 hortic. (ds Mémoires de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, 1887, 179 ds IGLF); 1835 champignon de couche (Ac.); 3. [XIVe s. « lit de terre » (MACÉ, Bible en vers, f° 141, 1re col. verso ds LITTRÉ)]; 1580 géol. (B. PALISSY, Discours admirables, éd. A. France, p. 440); av. 1783 couches de l'atmosphère (D'ALEMB. Œuvres, t. XIV, p. 29 ds Pougens d'apr. LITTRÉ); 4. 1580 « étendue uniforme d'une substance sur un espace déterminé » (B. PALISSY, Discours admirables, p. 460 ds IGLF); 1883 pop. en avoir une couche « être bête » (G. FUSTIER, Suppl. au dict. de la langue verte d'A. Delvau, p. 510); 5. 1771 bot. couches ligneuses (Trév.); 6. 1830 couches de la société (LAMART., Corresp. gén., p. 38). C. 1444 estre en couche « être disposé horizontalement (d'un objet) » (4 nov., f° 17 v°, Ch. des compt. de Dijon, B 11881, A. C.-d'Or ds GDF. Compl.); 1676 terme de charpentier (FÉLIBIEN Dict., p. 542); 1680 couche de fusil (RICH.); 1869 arbre de couche (Lar. 19e). Déverbal de coucher1. A 3 prob. du m. fr. coucher « accoucher » (fin XIVe-début XVe s., Quinze joies de mariage, éd. J. Rychner, 3e joie, p. 18) issu de accoucher par aphérèse. Fréq. abs. littér. :2 316. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 3 882, b) 3 572; XXe s. : a) 3 597, b) 2 454. Bbg. BOYER (J.). Mini-gloss. trilingue... Meta. 1971, t. 16, n° 4, p. 224. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 449. — PAULI 1921, p. 28. — Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 10, 150.

1. couche [kuʃ] n. f.
ÉTYM. 1575; culche, v. 1170; colche, XIIe; déverbal de 1. coucher.
———
I
1 Vx, poét. ou plais. Lit. || S'étendre sur sa couche. || Partager la couche de quelqu'un. || Couche nuptiale : (fig.) mariage. || Dieu a béni leur couche. || Déshonorer, souiller la couche conjugale, nuptiale… : manquer à la fidélité conjugale. — ☑ Loc. fig., iron. Honorer la couche (d'une personne) : avoir des rapports sexuels (avec elle).Petite couche aménagée sur les bateaux, dans les chemins de fer. Couchette.
1 Cette couche sans délices, à peine garnie d'un matelas équivoque et d'une paire de draps sales insuffisamment dissimulés par une courtepointe gélatineuse (…)
Léon Bloy, la Femme pauvre, II, p. 17.
2 Je me confonds à la douce chaleur de ma couche. Tout est possible à l'homme qui se tourne et se retourne entre la veille et le sommeil.
Valéry, Autres rhumbs, p. 46.
2 Garniture de tissu ou de cellulose dont on enveloppe les bébés, au-dessous de la ceinture, pour qu'ils ne se salissent pas. Pointe. || Changer la couche d'un bébé. || Mouiller ses couches. || Couche jetable.Garniture de même type, utilisée par les malades incontinents.
(1929). || Couche-culotte : couche à jeter dont la face extérieure est recouverte d'une feuille de plastique, et qui tient lieu de culotte. Change (III.). || Des couches-culottes.
———
II (1552; dans quelques expressions, au sing., ou plus souvent au plur.). En couche (vx); en couches. Alitement de la femme qui accouche. Accoucher. || Être en couche, en couches, dans le travail de l'enfantement ou dans la période qui suit.
3 Il arrive tant d'accidents aux femmes en couche.
Mme de Sévigné, 101, in Littré.
Loc. Faire une fausse couche. Fausse-couche.
Au plur. (Les couches). || Relever de couches : se rétablir. Relevailles. || Couches laborieuses, pénibles. || Suites de couches.
3.1 — L'impératrice est bien contente, disait-il. Elle a eu des couches superbes. Oh ! c'est une gaillarde ! Vous allez voir quelle prestance elle a…
Zola, Son Excellence Eugène Rougon, t. I, p. 99.
COMP. Fausse-couche.
HOM. 2. Couche; formes du v. 1. coucher.
————————
2. couche [kuʃ] n. f.
ÉTYM. 1580; de 1. coucher (I., A., 4.).
———
I
1 Substance plus ou moins épaisse étalée sur une surface. || Couche extérieure, superficielle, formée ou déposée sur une surface. Croûte, pellicule. || Couche de plâtre, de ciment. Enduit. || Couche de teinte.Absolt. || Passer la troisième couche.Cloque que fait une couche de peinture. || Couche de vernis. || Couche d'argent, d'or, de platine. Argenture, dorure, platinage; coucher, plaquer; couchoir. || Couche de chrome, de nickel. || La couche sensible d'une pellicule. Film, pellicule.Étaler une couche de beurre sur une tartine. || Disposer des fruits par couches sur un plat, dans un panier, une caissette…, les disposer par lits. || Superposer, alterner, varier les couches. || Couche de feuilles mortes. || Couche de gravier dans l'allée d'un jardin. || Couche de cailloutage (cit.).Une épaisse couche de neige couvrait le sol.
4 (…) les jonquilles détachées de leurs tiges couvraient le sol d'une épaisse couche odorante (…)
Loti, Aziyadé, XLVIII, p. 146.
5 C'est à peine si l'on voyait sa figure sous une voilette et une couche de poudre (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, III, p. 397.
5.1 (…) la neige n'a pas encore fondu. Elle forme une couche assez peu épaisse — quelques centimètres — mais parfaitement régulière, qui recouvre toutes les surfaces horizontales de la même couleur blanche, terne et neutre.
A. Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, p. 23.
Fam. || Avoir une bonne couche de crasse. — ☑ (1883). Loc. fig. et fam. Avoir, en tenir une couche : faire preuve d'une grande sottise. Sot. || Quelle couche il tient ! : comme il est bête !
5.2 De temps en temps, je le rencontre, ce brave Lapouille, et il ne manque jamais de me dire :
— Crois-tu qu'ils en ont une couche, hein ?
A. Allais, Contes et chroniques, p. 69.
5.3 Et bêtes par-dessus le marché… Et bêtes…
— Ça, il y en a qui en tiennent une couche.
— Ils se croient malins, et ils ne disent que des bêtises, d'une taille… Et puis des plaisanteries, grosses comme eux.
R. Queneau, Pierrot mon ami, éd. L. de Poche, p. 22.
2 (1529). Hortic. Carré de fumier mêlé à de la terre pour favoriser la croissance de certaines plantes. Planche, semis, et aussi 1. capot (II., 3.). || Couche recouverte d'une bâche; d'un châssis. || Châssis de couche. || Adossement pour protéger les couches.Couche sourde, qui n'est pas en relief. || Venir sur couche. || Melons, chrysanthèmes sur couches.
(1835). || Champignon de couche : agaric comestible cultivé sur couches ( Champignonnière).
3 Sc. et cour. Disposition d'éléments en zones superposées; assise, banc, formation, lit, strate. || Couches horizontales, inclinées, parallèles. || Couche tordue (→ Cassure, cit. 2). || Couche plane de minerai. || Couches géologiques. || Couche secondaire, tertiaire. || Couche sédimentaire. Alluvion (cit. 3), sédiment. || Couches stratifiées. || Couche aquifère. Nappe. || Couche imperméable (→ Cavité, cit. 1; capillarité, cit.). || Couche de calcaire, d'argile. || Mince couche de gypse. Cliquart. || Fendre une roche dans le sens de ses couches lamellaires. Clivage, cliver. || Galeries de mine établies dans chaque couche de houille.Couches de l'océan.Par compar. ou métaphore (→ ci-dessous, cit. 6 et 7). || « Les couches profondes du moi » (Bergson, in T. L. F.). Région, sphère.
6 Nos ans et nos souvenirs sont étendus en couches régulières et parallèles, à différentes profondeurs de notre vie, déposés par les flots du temps qui passent successivement sur nous.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 138.
7 (…) le fond national toujours intact et persistant, voilà le granit primitif; il dure une vie de peuple et sert d'assise aux couches successives que les périodes successives viennent déposer à la surface.
Taine, Philosophie de l'art, t. II, V, II, II, p. 253.
7.1 Tantôt, sur les bords de l'Orne, ils apercevaient, dans une déchirure, des pans de rocs dressant leurs lames obliques entre des peupliers et des bruyères, ou bien ils s'attristaient de ne rencontrer le long du chemin que des couches d'argile.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, III, Pl., t. II, p. 787.
8 C'est ainsi que des vagues luttent sans trêve à la surface de la mer, tandis que les couches inférieures observent une paix profonde.
H. Bergson, le Rire, p. 202.
9 À mesure que, sous les « tells » d'argile (de la Mésopotamie), la pioche minutieuse des archéologues découvre, couche par couche, la trace émouvante des civilisations (…)
Daniel-Rops, le Peuple de la Bible, I, 1, p. 7.
(1783). Zone, surface délimitée (d'un fluide). || Couches de l'atmosphère. || Couche d'air. || Couche limite (adjacente à la surface du globe).
Anat. || Couche superficielle du derme. || Couche papillaire.
Bot. || Couche corticale : lamelle fibreuse qui constitue l'écorce. || Chute d'une couche d'écorce. Exfoliation.(1771). || Couche ligneuse, qui forme l'aubier. Cerne.
Techn. || Les couches d'un revêtement de sol. || La couche d'usage d'un sol textile.
Bâtiment, travaux publics. Assise de matériaux de même nature, d'une épaisseur relativement faible par rapport à son extension horizontale, et remplissant une fonction déterminée dans une structure construite. || Lit de pierraille formant couche de drainage dans les fondations d'un bâtiment.Spécialt. Une telle assise, constituant un élément d'une chaussée. || Couche de base, couche de fondation, couche de revêtement.
4 Fig. Ensemble des personnes ayant des caractères communs (âge, activité professionnelle…). Catégorie, classe. || Couche d'âge.(1830). || Les couches sociales.
10 (…) j'annonce la venue et la présence dans la politique d'une couche sociale nouvelle (…)
Gambetta, Disc. prononcé à Grenoble, 26 sept. 1872.
5 Phys. Niveau caractérisant l'état d'un certain nombre d'électrons liés à un noyau.
———
II
1 De couche : selon une disposition couchée, horizontale.(1869). || Arbre de couche : pièce de transmission. Arbre.(1680, couche). || Plaque de couche d'un fusil : semelle de la crosse.
2 Charpent. Pièce de bois qui supporte des étais, maintient des terres.
DÉR. Couchette.
COMP. Bicouche, sous-couche.
HOM. 1. Couche; formes du v. 1. coucher.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • couché — couche [ kuʃ ] n. f. • 1575; culche 1170; de coucher I ♦ 1 ♦ Vx ou poét. Lit. Partager la couche de qqn. La couche nuptiale. « Je me confonds à la douce chaleur de ma couche » (Valéry). 2 ♦ (1505) Garniture de tissu ou garniture jetable dont on… …   Encyclopédie Universelle

  • Couche 2 — Couche de liaison Pile de protocoles 7 • Application 6 • Présentation 5 • Session 4 • Transpor …   Wikipédia en Français

  • couche — COUCHE. s. f. Lit. En ce sens il est de peu d usage dans le langage ordinaire; mais on s en sert dans la Poésie, et dans quelques façons de parler consacrées, comme, La couche nuptiale, la couche royale. f♛/b] Il se prend quelquefois pour Le seul …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • couche — COUCHE. s. f. Lit. Il est peu en usage dans le langage ordinaire; mais on s en sert dans la Poësie & dans quelques façons de parler consacrées, comme La couche nuptiale. la couche Royale. On dit fig. Soüiller la couche de quelqu un, pour dire,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Couche 3 — Couche de réseau Pile de protocoles 7 • Application 6 • Présentation 5 • Session 4 • Transport …   Wikipédia en Français

  • Couche 6 — Couche de présentation Pile de protocoles 7 • Application 6 • Présentation 5 • Session 4 • …   Wikipédia en Français

  • Couche 1 — Couche physique Pile de protocoles 7 • Application 6 • Présentation 5 • Session 4 • Transport …   Wikipédia en Français

  • Couche 4 — Couche de transport Pile de protocoles 7 • Application 6 • Présentation 5 • Session 4 • …   Wikipédia en Français

  • Couche 5 — Couche de session Pile de protocoles 7 • Application 6 • Présentation 5 • Session 4 • …   Wikipédia en Français

  • couché — couché, ée (kou ché, chée) part. passé. 1°   Étendu sur un lit. Les gens de la maison couchés et endormis. •   Presque tous les hommes, quoique couchés sur des fleurs, ne sauraient dormir, s il y en a une seule feuille pliée en deux, FONTEN. Dial …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.